A propos

La renommée d'une maison

Des bouquets de prestige à Paris

Caressé par les pétales depuis sa tendre enfance, Luc Deschamps – le nom, à lui seul, est manière de prédestination -, n’a guère de l’existentiel une vision trop erratique.

Comme une charmante fatalité, il sait prématurément où se guideront ses pas. Ce fils de fleuristes reprend un flambeau fort enviable : la séduisante boutique au 18 de l’avenue Niel dans le 17 ème arrondissement de la capitale. La notoriété des lieux le précède, joliment forgée par cinq décennies de bel ouvrage. Le changement dans la continuité aurait fort bien pu s’imposer ainsi avec un égal bonheur…

C’est pourtant, contre toute attente, une révolution en boutons qui va bientôt éclore. Luc Deschamps s’éloigne, en effet, rapidement des sentiers battus de la grande tradition florale. Il est l’un des premiers – des les années 80 – à imaginer pur le végétal en tenue d’apparat un tout autre destin. En devin avisé, sensible à l’air de son temps, il sent s’exhaler les premières fragrances de l’évènementiel », cette habitude somme toute un peu extravagante de présenter, de convaincre et aussi de fêter.

« Aider la nature à livrer le meilleur d’elle-même »

Mesure de la démesure

« Travaille pour ton nom, ton nom travaille pour toi… »

Proverbe Crétois

L’avenue Niel et les voies adjacentes de ce beau quartier de Paris abritent de prestigieux restaurants et les bureaux de groupes internationaux qui cèdent progressivement à cette mode de la mise en fleurs de l’innovation et de la célébration. Sur ce limon fertile, le fleuriste fourbit ses armes de séduction, proposant ses premiers décors naturels aux élans hollywoodiens. Professionnels et particuliers sont tentés par cette approche cinématographique, ménageant le juste équilibre du bon goût.

Luc Deschamps entre alors dans le monde de Dior, boutiques, showrooms, défilés

Avec la haute couture, il fleurit l’excellence et affronte l’exergue végétal dans ce qu’il a de plus artistique, de plus luxueux.

Le style « Deschamps » s’impose, avec cette propension à se soucier pareillement du contenu et du contenant ; le second devant être aussi impressionnant et inattendu que le premier. Le fleuriste traverse l’Europe pour dénicher des vasques et des vases à la mesure de ses ambitions florales surdimensionnées, capables, par exemple, d’accueillir plusieurs centaines de têtes d’hortensia.

Les « événements-références » se multiplient : lumineux champ de tournesols implanté dans le péristyle de l’Opéra Garnier, brillant lancement de la voiture écologique, fête parisienne sous l’égide de Potel & Chabot, mariages russes, anniversaire de Naomi Campbell, décors de Noel avenue Matignon… Il fleurit une boutique à New York, une autre à Venise

Devenu architecte de l’émotion, de la délicatesse, de la splendeur, il imagine, esquisse, dessine, compose, sans jamais déléguer.

L’offensive des fleurs

L’artiste, qui s’est pris de passion pour le Sud de la France – ses principaux entrepôts sont à Hyères -, aime les choses hors normes, mais simples. Cette simplicité, manière d’inaccessible Graal, est naturellement d’une rare complexité.

La source, en revanche, est des plus limpides : des fleurs et des feuillages d’une qualité exceptionnelle, d’une irréprochable fraicheur, venus du monde entier…Fort de ses bases intangibles, Luc Deschamps travaille le nombre, le volume, en évitant les associations douteuses d’espèces et de couleurs. Au fil des saisons, il donne sa confiance à d’impressionnantes quantités de roses, d’hortensias ou de pivoines, et s’amuse à surprendre, surtout lorsqu’il passe sous les fourches caudines des thèmes imposés. Chaque commande est une gageure, un défi, qui met en œuvre une impressionnante logistique. Où qu’il intervienne dans le monde, il affrète avions et camions frigorifiques avec le permanent souci du détail, sans le moindre droit à la fausse note.

Luc Deschamps : La Surprise comme plaisir, l’émotion pour devoir…

Luc Deschamps par Jean-Paul Viart

« Les metteurs en fleurs font aujourd’hui forès dans le monde entier. Catalyseurs de rêves exubérants, luxuriants et éphémères, multiplient le genèse d’Eden dont la vocation première serait de surprendre et surtout d’émouvoir, à l’ombre du vénérable arbre de la Connaissance. Certains ont de cet art de l’arrangement floral une approche sage, philosophique, académique, en tous points conforme aux préceptes issus des traditions orientales. D’autres, à l’instar du Français Luc Deschamps, sont au contraire, des artistes en liberté perpétuelle, maitres de l’improvisation savante, de l’effet magique, transgressant allègrement les codes, à l’aune de leur sensibilité, pour livrer des super productions florales, sous toutes les latitudes… »